De nombreux observateurs considèrent que le mercato bordelais est timide, loin de l’ambition d’un Champion de France. Ceci étant Bordeaux est fidèle à son image. Discrétion et finesse ont toujours assurées aux Girondins de Bordeaux de belles performances en terme de recrutement. De mémoire de supporters, on se souvient des Pauleta, Zidane ou encore très récemment de Gourcuff.

Cette année de déroge pas à la règle.

Que dire au 10 juillet ?

Deux arrivées.

Un gardien de but, Cédric Carrasso, l’un des tous meilleurs de Ligue 1, international français, venu en Gironde remplacé le non moins emblématique Ullrich Ramé, capitaine courage face à des adducteurs récalcitrants cette année et quelque peu vieillissant ! Malgré tout, Carasso et Ramé en doublure, on peut légitimement s’avérer confiant cette année dans les buts bordelais.

13_2009_07_07__15_26_2_914

Un milieu de terrain, Jaroslav Plasil, déjà conu en France après son passage monégasque. C’est le profil type de joueur de l’ombre, travailleur et collectif, comme le furent à d’autres époques, des Deschamps, Pavon ou encore Toulalan.

10029337

Oui, le mercato bordelais est discret et rusé.

La touche technique de Blanc qui en déjà deux ans a trransformé l’équipe bordelaise en une équipe conquérante et redoutée, dotée d’une grosse touche technique et collective qui fait d’elle une des plus belle équipe à regarder jouer.

A cela s’ajoute la capacité de négociation du président Triaud, président pince sans rire, déterminé et habitué aux négociations apres, en réel lien avec l’actionnaire M6 qui a compris en 10 ans d’actionnariat que le football pouvait être un vrai tremplin populaire.

Et les départs me direz vous ?

Diawara est parti, attiré par les sirènes marseillaises, un lourd départ, mais nul doute que Bordeaux saura trouvé la solution de remplacement adéquat, « il n’y a pas d’urgence » disait Jean Louis Triaud hier lors de la présentation de Plasil.

Obertan, surdoué non convainquant , est parti à Manchester dans un transfert aussi inespéré que surprise. Bon vent à lui.

L’effectif est trop « gras », près de 30 contrats. Blanc et son staff devront dégraisser (quelques départs et prêts sont envisagés). Le but du jeu, en intégrant quelques jeunes, est de concerné environ 25 professionnels pour cette nouvelle saison.

Restent les départs probables de cadres, comme Fernando et Chamakh. On sait qu’ils seront remplacés et il existe déjà des solutions, on pense à Cabaye qui n’attend que le départ de Fernando, quand à Chamakh….s’il restait ????

Nul doute que bien malgré lui, le mercato bordelais va encore faire parler de lui.